Élections en RDC : « Le bilan de Félix Tshisekedi est largement positif, demander un autre bilan que celui de la stabilité politique,  c’est de la sorcellerie », (Alain-Daniel Shekomba)

Élections en RDC : « Le bilan de Félix Tshisekedi est largement positif, demander un autre bilan que celui de la stabilité politique, c’est de la sorcellerie », (Alain-Daniel Shekomba)

L’ancien candidat président de la République, Alain-Daniel Shekomba a accordé une interview exclusive à La Tribune Plus. Plusieurs sujets ont été abordés notamment politique et sécurité. Abordant la question des élections, Daniel Shekomba a qualifié de positif le bilan de Président Félix Tshisekedi à la tête de la RDC.

« Le bilan du Président Félix Tshisekedi est largement positif. Ayant hérité un pays au bord de la guerre civile en 2018, le Président Tshisekedi a eu comme première priorité le rétablissement de la stabilité politique. Pas des villes mortes et des marches qui paralysent les activités économiques », a-t-il déclaré avant d’ajouter que, « le business principal de l’État, c’est la stabilité politique, les conditions des sécurités nécessaires pour permettre aux opérateurs économiques de créer des richesses. Parler d’un bilan autre, que celui du rétablissement de la stabilité politique, c’est une combinaison de l’ignorance et de la mauvaise foi. Demander un autre bilan que celui de la stabilité politique, c’est de l’ignorance, couplée de la sorcellerie ».

Daniel Shekomba refuse d’être candidat en 2023, car il compte soutenir la candidature de Félix Tshisekedi à la prochaine présidentielle.

« Non, je veux soutenir Tshisekedi pour consolider la stabilité politique et commencer la création des richesses et de la prospérité des congolais dans laquelle, je vais apporter mon savoir-faire d’homme d’affaires et d’investisseur », a déclaré l’ancien candidat président de la République, Alain-Daniel Shekomba.

Il précise aussi que son soutien au président Tshisekedi est sans condition. Il parle d’un soutien « basé sur des données quantifiables et non sur base d’un quelconque accord secret. Je sais ma façon de procéder, n’est pas courante dans la politique congolaise. Mais il y a toujours un début à tout. La RDC doit passer avant nos intérêts personnels », a-t-il écrit avant de compléter que, « non, je n’ai jamais été approché par les services du Président », a-t-il martelé tout en poursuivant que, « chacun est libre de prendre des hypothèses logiques qui vont le conduire aux conclusions logiques, justifiant son combat, c’est sur ce principe de liberté que repose la démocratie », explique-t-il à notre rédaction.

Et en rapport avec la situation sécuritaire l’Est, loin des accords, qui avaient pour but d’incorporer les militaires Rwandais dans notre armée, « le Président Tshisekedi a pris l’option de renforcer les capacités préventives (renseignement), offensive et défensive (Recrutement et armements) des FARDC et de mener une diplomatie efficace qui a permis de rallier la communauté internationale à la cause congolaise et de faire passer Kagame pour un parias ».

 

LA TRIBUNE PLUS

ACTUALITE POLITIQUE