Retrait de la Monusco : Après la députée nationale Solange Masumbuko, le sénat américain appelle à la tenue d’une table ronde

Retrait de la Monusco : Après la députée nationale Solange Masumbuko, le sénat américain appelle à la tenue d’une table ronde


La députée nationale , Solange Masumbuko avait appelé à une table ronde sécuritaire pour la paix dans la partie Est de la République démocratique du Congo.  Elle estime que la question relative au retrait de la Monusco comme exigé par la population suite aux incidents de Goma, Butembo, Kasindi et l’insécurité en RDC ne peut être évoquée en l’absence de la société civile,  les parlementaires et les Forces armées de la RDC. La solution doit être générale et non particulière, d’après la Rapporteure du groupe parlementaire AFDC-A. Solange Masumbuko appelle donc le gouvernement congolais qui a reçu mandat du président Tshisekedi de réévaluer le plan de retrait de la Monusco d’élargir le champ, d’associer d’autres acteurs notamment la société civile, les parlementaires, l’UE et FARDC.

Cet appel de la députée nationale Solange Masumbuko Nyenyezi a été suivi par certains mouvements de la société civile. Et sur la scène internationale, il y a  le sénat américain qui s’est prononcé en faveur d’une table ronde d’évaluation.  Dans un tweet, le Sénat américain tout en condamnant le meurtre de civils par les éléments de Casques bleus, appelle les parties à dialoguer.

« Le meurtre de civils par la Monusco de casques bleus est déplorable et aggrave le sentiment de trahison et de colère exprimer   par beaucoup congolais. La Monusco a lutté pour maintenir la paix en RDC pendant plus de deux décennies. La mission nécessite un examen sérieux par  l’ONU et les responsables congolais. », peut-on lire.

Et pendant ce temps, le président de la République Félix Tshisekedi a demandé au gouvernement de réévaluer ensemble le plan de retrait de troupes onusiennes installées en RDC. Pour sa part, la députée nationale, Solange Masumbuko parle d’une décision salvatrice. Elle appelle aussi le peuple congolais à soutenir et à accompagner le président de la République dans la pacification de l’est du pays.

LATRIBUNE PLUS

ACTUALITE SECURITE