Kinshasa: inquiétude de l’ONG Défendons Kinshasa sur l’arrivée des eaux polluées du Kasaï sur le fleuve Congo

Kinshasa: inquiétude de l’ONG Défendons Kinshasa sur l’arrivée des eaux polluées du Kasaï sur le fleuve Congo

L’ONG Défendons Kinshasa dit avoir appris d’une autre structure de la société civile « qu’un danger guette la ville de Kinshasa. Les eaux polluées de la rivière Tshikapa dans la province du Kasaï pourraient bientôt atteindre le fleuve Congo à hauteur de Maluku », peut-on lire dans le communiqué de cette ONG d’alerte et de la bonne gouvernance basée à Kinshasa.

La structure de Dieumerci Matondo, constante avec crainte que non seulement l’eau de la Regideso pourrait devenir impropre à la consommation, « mais les vies de certains citoyens notamment des pêcheurs et maraîchères dépendants directement du fleuve Congo pourraient être affectées ou impactées négativement ».

En République démocratique du Congo (RDC), depuis fin juillet, les rivières Tshikapa et Kasaï sont touchées par une coloration progressive de leurs eaux qui deviennent rougeâtres. Des poissons morts flottent en surface et des cadavres d’animaux aquatiques, comme les hippopotames, ont également été retrouvés.

Selon les autorités congolaises, il s’agit d’une pollution occasionnée par le déversement, dans ces rivières, de substances toxiques par une usine de traitement de diamants basée dans la province angolaise de Lunda Norte. Cette pollution touche également les rivières Fimi et Kwilu.

Ainsi, les autorités congolaises ont interdit la consommation des poissons et autres animaux morts trouvés dans et aux alentours de ces rivières. Même l’usage domestique de l’eau de ces rivières est déconseillé.

Cependant, l’ONG Défendons Kinshasa appelle les responsables concernés notamment le ministère national de la santé mais également de l’INRB à prendre des mesures idoines pour sauver des vies, tout en appelant au calme, les kinoises et kinois.

« Le gouvernement doit déjà empêcher certaines activités susceptibles d’exposer les vies de paisibles citoyens. De son coté, la population riveraine doit garder son calme, rester vigilant et à alerter les autorités sur tout mouvement suspect au niveau du fleuve Congo », conclut le communiqué de l’ONG Défendons Kinshasa.

ACTUALITE ENVIRONNEMENT SOCIETE